Fête du Livre Perché
26 et 27 Mai 2018
Mostuéjouls

 Les classes peuvent choisir de présenter: 
+ soit un texte : récit, fable, conte, poème (choix essentiellement pour les plus grands) 
+ soit un livre-objet: réalisation plastique à partir d'une histoire élaborée collectivement par les élèves . 
 Cette production peut partir du livre retenu par la classe pour préparer la venue de son auteur ou de son illustrateur. Par exemple: après lecture du début, continuer le texte ou à l'inverse, inventer ce qui précède après lecture du dénouement, ou partir des personnages et de leurs caractéristiques, du décor, de la situation initiale, pour écrire, soit dans la même veine, soit en prenant le contrepoint, soit en partant des seules illustrations.  Mais avec le mot "chemin", il est aussi possible d'utiliser comme inducteur une des nombreuses expressions pour construire une histoire qui lui donne vie . 
 Consignes : 
  •  respect du thème, 
  • respect des codes de l'écrit pour les textes, (orthographe, ponctuation, correction des phrases…), 
  • travail collectif au sein de la classe à toutes les étapes, 
  • Seront valorisées : l'originalité du traitement du thème, l'inventivité, la qualité de la réalisation.

Propositions du livre perché pour l'édition 2018:  
Le Livre Perché a choisi comme thème  "le chemin". 
 1. Les ateliers  : 
Un auteur ou un illustrateur vient dans les classes animer un atelier autour du livre étudié auparavant. L'intervention coûte, à la classe, 50 € pour une durée d' 1h30.  
2. Concours d'écriture  
Le mot "chemin" induit presque toujours "l'idée d'aller vers…"  
un lieu dans l'espace. Aujourd'hui  associé aux loisirs, Il est porteur de sensations, de plaisirs et parfois de nostalgie. Mais dans un passé récent, il était incontournable et se confondait avec tous les moments de la vie. D'une manière plus imagée, vers ce que l'on essaie d'atteindre : un état (l'âge adulte, la sagesse…), des sentiments (l'amour, l'amitié,..), l'art, la poésie.
La destination peut aussi être imposée : le chemin de l'exil ou celui de la mort… 
Le mot «  chemin  » se colore ainsi,par exemple, d'optimisme ou de tragique, selon les noms qui l'accompagnent. S'il est complément d'un verbe, il est même révélateur de certains comportements, par exemple selon que l'on suive ou passe son chemin. Ce mot est donc riche en connotations et ouvre, si on peut dire, le chemin à bien des explorations.

Les textes devront être envoyés pour le 13 avril et les livres-objet apportés à Mostuéjouls pour le 18 mai .